Orcajada : Artiste peintre en Provence

S'étonner de cette lumière du monde, de ce que tout simplement ce monde soit là

Comme tous les enfants j’aimais barbouiller les couleurs et les tabliers. Un jour, une fée marraine déversa sur la table et sous les yeux stupéfaits de petits chenapans un sac rempli de tubes de couleurs, de gouaches, d'aquarelles, de crayons... Ce fut une grande joie et c'est sans doute cette corne d'abondance offerte qui m'inocula le virus de la peinture et une passion qui ne cessa de s'amplifier. Ma route était tracée, je serais peintre.

Et cette passion se construisit progressivement par la découverte des grandes œuvres qui illuminent les siècles et les civilisations.

Ce fut sans doute un seul et même étonnement qui me poussa de la peinture à la philosophie. "Mon Dieu, Mon Dieu, la vie est là ! " dit le poète. Les grecs nomment la peinture "l'écriture de la vie". L’œil et l'esprit sont bien de connivence dans notre être au monde. Les agitations et les urgences de la vie quotidienne font fréquemment obstacle à notre éveil. Il me fallait entrer en rêve éveillé et pour cela apprendre. Traduire dans l'imaginaire de ma vie profonde cette lumière qui ne cessait d'éclairer ce monde-ci, ces paysages, ces choses, ces êtres et ces visages.

Je devais ainsi essayer la création d’œuvres concrètes susceptibles de plaire et surtout d'émouvoir. Bref, je devais endosser ma pèlerine de peintre philosophe et ne pas oublier que tout art est, parce qu'il est fabrication, une patiente transformation d'objet.

Je ne sais où, Malraux disait qu'un peintre est quelqu'un qui toute sa vie est fasciné par la peinture, ne cesse de la pratiquer et ne sait pas vraiment pourquoi. C'est mon cas!

Benjamin Orcajada expose tout l'été au Restaurant L'Estanquet à Sainte Cécile les Vignes

Palette